Elżbieta Pierzchała

Elżbieta Apolonia Pierzchała (ur. 5 lipca 1954 w Sosnowcu) – polska polityk, inżynier transportu, posłanka na Sejm V, VI i VII kadencji.

W 1981 ukończyła studia na Wydziale Transportu Politechniki Śląskiej w Gliwicach stainless steel jar, a w 1994 studia podyplomowe z marketingu i zarządzania w Akademii Ekonomicznej w Katowicach. Od 1978 do 2005 pracowała w Polskich Kolejach Państwowych, ostatnio na stanowisku dyrektora Śląskiego Zakładu Przewozów Regionalnych spółki PKP Przewozy Regionalne z siedzibą w Katowicach.

Od 1994 do 1998 zasiadała w radzie wojewódzkiej Porozumienia Centrum. W latach 1998–2002 była radną sejmiku śląskiego z listy Akcji Wyborczej Solidarność. Zasiadała w zarządzie śląskiego Porozumienia Polskich Chrześcijańskich Demokratów. W 2001 wstąpiła do Platformy Obywatelskiej football t shirts online india, z ramienia której w 2002 bez powodzenia ubiegała się o reelekcję w sejmiku (w ramach komitetu POPiS), a w wyborach parlamentarnych w 2005 została wybrana do Sejmu V kadencji w okręgu katowickim. W wyborach w 2007 po raz drugi uzyskała mandat poselski, otrzymując 8553 głosów. W wyborach w 2011 z powodzeniem ubiegała się o reelekcję natural steak tenderizer, dostała 14&nbsp

Brazil Home RONALDO 9 Jerseys

Brazil Home RONALDO 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

;557 głosów. W 2015 nie została ponownie wybrana do Sejmu.

Wdowa (mąż zmarł w 1994), ma córkę Aleksandrę.

Saint John’s (Antigua und Barbuda)

Parish

Saint John’s, amtlich City of Saint John’s oder St. John’s City thermos sale, ist die Hauptstadt des Inselstaates Antigua und Barbuda in der Karibik. Sie befindet sich im Nordwesten der Insel Antigua an einer Bucht des Karibischen Meeres. In Saint John’s leben 25.150 Einwohner (2005).

Die größte Stadt des Inselstaates wurde 1632 von englischen Kolonisten aus St. Kitts und Nevis angelegt. Die Siedlung war seitdem das Verwaltungszentrum von Antigua und ihrer Nachbarinsel Barbuda. Ab 1663 trafen in Saint John’s auch Kolonisten aus England ein. Im 18. Jahrhundert war die Stadt das Hauptquartier für den auf den Antillen stationierten Teil der Königlichen Flotte. 1981 wurde Saint John’s die Hauptstadt des neu gebildeten unabhängigen Staates Antigua und Barbuda.

Die alte Kernstadt war östlich an den Hafen angeschlossen, und erstreckte sich im 18. Jahrhundert, planvoll im Rechteck, in den Grenzen der heutigen Dickenson Bay Street – Stapleton Lane/Independance Avenue – South Street. Von da ist St pill fabric. John’s sternförmig ausgewachsen, und nimmt heute mit ihren Vororten den ganzen Nordwesten der Insel ein. Besonders landeinwärts der Altstadt um den Victoria Park sind die alten Stadtgrenzen noch merkbar.

Beherrschend im Stadtbild liegt die anglikanische St. John’s Cathedral, Hauptkirche der Stadt, des St

Brazil Home RONALDO 9 Jerseys

Brazil Home RONALDO 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. John’s Parish und der Diözese North Eastern Caribbean and Aruba, die alle Inseln zwischen Puerto Rico und Guadeloupe umfasst.

Saint John’s ist das kommerzielle Zentrum des Staates sowie der Haupthafen der Insel Antigua. Die Stadt ist ein Exportzentrum für Zucker, Rum und Baumwolle sowie für die Herstellung von Kunsthandwerk, Faserprodukten cool water bottles, Töpferwaren und Textilien. Sie ist auch für den Fremdenverkehr interessant. Das Softwarehaus SlySoft vertreibt von Saint John’s seine Kopierprogramme.

Das Sir Vivian Richards Stadium hat eine Kapazität von etwa 10.000 Zuschauern. Dort werden vor allem Cricket-Spiele ausgetragen; das Stadion ist außerdem Heimatort des ortsansässigen Fußballvereins Antigua Barracuda FC.

Re – Pa

Re – Pa, abréviation de Remo x Paysandu, est le nom donné au Brésil à l’un des derbies de l’État du Pará entre les équipes de football du Clube do Remo et du Paysandu Sport Club. Ces oppositions sont aussi appelées « Classique roi de l’Amazonie » (portugais : Classico Rei da Amazonia).

Les deux clubs sont basés à Belém, la capitale de l’État du Pará. Le Clube do Remo est créé en 1905 et évolue au stade Evandro Almeida. Le Paysandu SC est créé en 1914 et dispute ses matchs au stade da Curuzú. Le stade olympique du Pará est également le stade d’accueil des deux clubs.

Le premier match date du et voit la victoire du Remo par deux buts à un.

Le Paysandu Sport Club est créé dans le but de vaincre le Clube do Remo, vainqueur du championnat du Pará en 1913, alors que le Norte Club, dont le Paysandu est une future branche, est injustement vaincu en demi-finale par erreur d’arbitrage.

Depuis la création du Paysandu Fútebol Clube, ce dernier et le Grupo do Remo entretiennent des relations amicales malgré le différent existant.

La date retenue comme naissance de la rivalité est le et fait suite à un échange de correspondance entre les deux clubs. Le , soit un peu plus d’un an après la création du Paysandu, le Clube do Remo propose à son rival de faire un match amical ayant pour but de reverser la recette de la billetterie à des petites équipes, comme l’União Esportiva, le Panther, le Guarani, l’Aliança ou le Brasil Esporte. La direction du Paysandu répond à cette demande en deux temps. Un premier courrier est rédigé de manière insultante puis un second suit, où la direction du Paysandu accepte finalement ce défi tout en maintenant ses propos injurieux. Face à la teneur de ces propos, le Remo envoie un courrier le lendemain au club du Paysandu mettant fin à l’amitié des deux clubs.

Le premier match opposant les deux équipes se tient le 10 juin 1914 au stade de l’entreprise Ferreira & Comandita devant 2 000 spectateurs. Le Remo s’impose 2-1 et les buteurs sont Rubilar et Bayma (contre son camp) pour le Remo et Mateus pour le Paysandu.

Le , le Clube do Remo gagne par 7-2. Le , le Paysandu Fútebol Clube réalise le plus grand écart de buts lors d’un classico en battant le Remo 7-0.

De décembre 1992 à juin 1997, le Remo établit une série d’invincibilité contre le Paysandu. De manière plus globale, la décennie 1990 est favorable au Remo qui totalise 34 victoires, 28 nuls et 15 défaites en 77 matchs joués contre le Paysandu lors de cette période. Cette décennie voit aussi le match se disputer devant la plus grande affluence avec 65 000 spectateurs en 1999.

Modifiez l’article pour adopter un ton neutre et encyclopédique (c’est à dire ?) ou discutez-en.

Pour beaucoup, c’est la plus grande victoire de toute l’histoire du Paysandu. Le match a lieu le 22 juillet 1945, dans le stade du Remo, Antonio Baena (Baenão) et compte pour le premier tour du Campeonato Paraense. Les joueurs du Paysandu SC Arleto et du Remo Vicente sont expulsés à la 43e minute de jeu et les buts sont d’Hélio à la 37 minute, Farias dès la première minute de la deuxième mi-temps, Soiá à la 49e, 54e et 65e, Hélio à la 69e et Nascimento à la 89e minute.

Les équipes se composent de :

La première mi-temps est équilibrée. La défense du Paysandu a beaucoup à faire pour résister aux attaques incessantes du Remo qui joue à domicile et les supporters sont enthousiastes en voyant leur équipe dominer leur adversaire. Même si le Remo fait pression, le Paysandu est plus à l’aise dans le match. Mais les joueurs du Remo ont tout donnés, dès le début du match. Le Paysandu ne faisait qu’encaisser. Sauf que la fatigue des joueurs Azulinos (Remo) s’est très vite installée. Les tirs en direction des cages Alviazuls se répétaient, mais la défense de Izan, soutenue par les milieux Nacimento et Athê tenait le coup.

Au bout de trente minutes, le Remo continuait à faire pression sur la défense. Hélio, après la dispute dans les airs de la balle avec son adversaire Jesus, tira la balle en direction des cages du Remo. Nous sommes à la 37e minute du match, le premier but du Paysandu est marqué. Malgré le score de 1×0 à la fin de cette première mi-temps, rien ne laissait présager un telle chute en deuxième mi-temps pour le Remo.

La chute du Remo en deuxième mi-temps est due pour beaucoup au trou laissé par l’expulsion du joueur Vincente en première mi-temps. Sa position n’a pas été comblée par ses partenaires. Pour le Paysandu, le reste du travail fut simple. Il n’y avait plus qu’à profiter de l’erreur tactique, et dès la première minute de la deuxième période, Farias doubla le score du Paysandu. Très vite, une avalanche de buts tomba sur le Remo, et le Paysandu dominait sans peine la partie. Dans l’équipe du Remo, il n’y avait plus d’entente.

Cette grande victoire est citée lors de la dernière strophe dans l’hymne non officiel du Paysandu, la Marchinha do Papão :

Le se tient une rencontre Paysandu – Tuna comptant pour le championnat de série B et le match se déroule dans le stade du Remo. Après avoir marqué le second but du Paysandu SC, Albertinho court vers la statue du Lion bleu, symbole de Remo, située à l’autre bout du terrain de jeu, près du drapeau de corner. À la moitié du chemin, acclamé par les supporters de son équipe, il retire son maillot. Arrivé à la statue, il le dépose sur le Lion, sous les regards déshonorés de milliers de supporters du Remo. Ce fait reste gravé dans la mémoire de tous les supporters du Paysandu comme un fait audacieux face à son rival. Dans les vestiaires, après le match, un journaliste demande à Albertinho, homme du match, s’il regrette son geste et le joueur répond non sans hésitation.

Tout au long de l’Histoire 18k Rose Bracelet, ces confrontations ont été disputées par des joueurs tels que Dico, Rosemiro, Pagani, Rubilar, Oberdan, Bira ou Quarentinha.

Début 2011, la confédération brésilienne de football (CBF) annonce que le Paysandu a le plus grand nombre de supporters et se positionne à la 16e place nationale. Cette annonce met fin au règne du Remo qui est considéré depuis 1947, comme l’équipe étant la plus soutenue des deux clubs. La statistique de 2011 est souvent critiqué du fait que l’affluence moyenne enregistrée par le Remo est supérieure à celle du Paysandu.

De manière moqueuse, les supporters du Remo et du Paysandu se donnent des surnoms. Par exemple, les Remista (supporters du Remo) appellent le Stade de la Curuzu, le Chiqueirão, ce que signifie “la grande porcherie”. À l’inverse, la Fiel appelle le stade des Remista, le “Brahamão” (Brahama étant une grande marque de bière).

Il existe un autre derby au Pará avec la Tuna Luso Brasileira. Les matchs Tuna – Remo et Tuna – Paysandu sont régits par une rivalité bien que moins intense que lors des Re-Pa. Cette rivalité s’explique de manière générale par l’ancienneté du club ainsi que son statut de troisième équipe la plus titrée en Parazão, avec 10 victoires.

(pt) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en portugais intitulé «  » ().

(pt) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en portugais intitulé « &nbsp

Brazil Home RONALDO 9 Jerseys

Brazil Home RONALDO 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

().